10 propositions pour l’environnement | Grand Débat

10 propositions pour l’environnement | Grand Débat

Les équipes de Goodwill-management et de LUCIE ont décidé d’apporter une contribution au grand débat national mis en place par le gouvernement sur la thématique de l’environnement. De ces échanges, 10 grandes propositions sont nées organisées autour de 3 grands axes :

  • Une taxation plus juste, plus locale et plus progressive
  • Le développement des solutions low-tech
  • L’Europe, un territoire pionnier dans la transition écologique

Une taxation plus juste, plus locale et plus progressive

Le verdissement de la fiscalité est un levier essentiel et particulièrement efficace pour encourager la transition énergétique. Cependant, pour qu’elle soit soutenable, cette fiscalité doit avant tout être juste et représentative. Chacun doit pouvoir y participer à la hauteur de ces moyens et proportionnellement aux conséquences de ces actes.

#1 Des prix qui reflètent mieux le vrai coût environnemental : l’exemple de l’aviation

L’avion est le moyen de transport le plus polluant par kilomètre parcouru. A titre de comparaison, l’avion émet jusqu’à 40 fois plus de CO2 que le train par kilomètre parcouru et par personne transportée. L’empreinte carbone d’un vol en avion est de 145 grammes de CO2 par passager contre 100 grammes pour le transport en voiture.

Or, les compagnies aériennes bénéficient d’une vraie niche fiscale. Si la convention de Chicago sur l’aviation civile internationale a figé l’exonération fiscale de kérosène sur les vols internationaux, rien n’empêche la France d’instaurer une taxe sur le carburant des avions pour les vols intérieurs. Certains pays ont déjà pris les devants, comme les Etats-Unis, le Brésil, les Pays-Bas, etc.

 

#2 Indexer la TVA sur le niveau de circularité des produits

Aujourd’hui, les inégalités de revenus sont un frein majeur à la généralisation d’une consommation durable. Il est souvent moins cher d’acheter des biens de consommation ayant un lourd bilan carbone et sociétal que leur équivalent plus « éco-responsable ».

Il y a donc un paradoxe : le prix des biens de consommation ne reflètent pas la réalité environnementale de leur production (épuisement des ressources, biens non-recyclables etc.). La collectivité dans son ensemble paye cette facture, notamment à travers les impacts du dérèglement climatique et de la pollution sur la qualité de vie. A l’inverse, les bénéfices que procurent à la communauté les biens éco-responsables ne sont pas pris en compte sur la facture du consommateur.

Une TVA circulaire permettra de rendre les produits procurant des avantages environnementaux plus accessibles. Bénéficiant d’un taux de TVA plus bas, un véritable marché du produit durable pourra émerger.

 

#3 Une tarification incitative sur les ordures ménagères adaptée à chaque contexte local

La tarification incitative consiste à faire payer les usagers du service de gestion des déchets selon les quantités qu’ils produisent. Son efficacité quant à la réduction du volume des déchets produits a été amplement démontrée. Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, sa mise en place permet en moyenne de réduire de 41% la quantité d’ordures ménagères résiduelles (OMR) et d’augmenter de 40% la collecte des recyclables.

Cependant, cette tarification ne peut être déployée au niveau national sans prendre en compte les réalités locales. Pour réduire les quantités résiduelles collectées, la tarification incitative seule ne suffit pas. Il faut aussi donner à chacun les moyens de gérer correctement ses déchets, sans en payer le prix fort. Cela ne peut se faire sans l’aide des collectivités locales : développement des déchèteries, fourniture d’une solution de compostage individuel, renforcement des infrastructures de tri etc.

Le développement des solutions low-tech

Nos modes de consommation reposent sur une logique productiviste et extractiviste qui se heurtent de plus en plus aux limites de la planète. L’innovation low-tech permet de prendre le contre-pied de cette logique. Simples, accessibles et durables, elles sont développées à l’échelle locale et répondent à toute sorte de problématique.

#4 Reporter une partie du budget des high-tech sur l’innovation low-tech

Une partie du budget de l’Etat sur la recherche pourrait être alloué au développement de solutions low-tech. La France pourrait à terme se positionner comme pionnière dans ce domaine.

 

#5 Valoriser une R&D qui consiste à simplifier les processus de production

Les low-tech ont des applications concrètes dans de nombreux domaines. Il est essentiel d’encourager la mise en place de processus agricoles et industriels moins consommateurs d’énergie et autres ressources. Les low-tech touchent à l’organisation de notre société dans son ensemble.

Pour entrainer l’émergence d’une économie plus sobre en énergie et en ressources, des incitations fiscales pourraient guider le choix des entreprises et des administrations vers des modes d’organisation et de production plus économes. Nous soutenons la proposition faite par le groupe de travail de La Fabrique Ecologique de faire basculer les cotisations sociales vers une fiscalité environnementale ambitieuse. Le coût de la protection sociale serait alors porté par les différentes contributions calculées en fonction de différents critères environnementaux (« consommation d’énergie et de ressources non renouvelables, d’eau ou génération d’émissions de gaz à effet de serre, de déchets, de pollutions » etc.). Ainsi, « les arbitrages sur les choix d’organisation, les modes de production, la rentabilité des projets, l’utilité des investissements, s’en trouveraient profondément modifiés, en faveur de l’emploi humain et des effets environnementaux bénéfiques ».

Dans ce modèle, on remet l’humain au cœur de l’entreprise et on dépasse le paradigme d’une productivité qui ne peut trouver sa source que dans le remplacement du travail humain par des technologies consommatrices de ressources et d’énergie. Comme l’indique la synthèse du groupe de travail : « les entreprises « consommatrices de main d’œuvre » et de travail seraient avantagées par rapport aux industries fortement consommatrices d’énergie et très automatisées ».

Aujourd’hui, « les recettes liées à l’introduction de la composante carbone dans la fiscalité de l’énergie sont de l’ordre de 4 milliards d’euros, soit moins d’1% des cotisations sociales. » De plus, il semble nécessaire d’aller plus loin que la simple prise en compte de l’intensité carbone et d’élargir cette fiscalité à d’autres données environnementales (déchets, sols etc).

 

#6 Etablir un plan de communication à différents échelons territoriaux sur les solutions low-tech

Un effort de communication doit être fait pour permettre une meilleure connaissance des low-technologies. Si celles-ci répondent souvent à des problématiques particulières, elles n’en restent pas moins réplicables. Ainsi, une certaine centralisation de ces données permettrait à chacun d’y avoir accès et d’en faire un bon usage.

 

#7 Intégrer des solutions low-tech dans les plans d’urbanisme

Penser la ville et l’intelligence urbaine en visant la sobriété énergétique. Pour aller plus loin, découvrez l’article de la revue Urbanités qui a exploré « la ville (s)low tech ».

 

Faire de l’Europe un territoire pionner dans la transition écologique

Avec le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, l’Union européenne peut devenir le leader mondial de la transition énergétique.

#8 Dissocier les investissements pour la transition écologique de la règle des 3%

Pour réaliser une transition écologique juste sur le plan social, il est fondamental d’accroître l’investissement, à la fois dans les infrastructures physiques (par exemple, pour la rénovation thermique des bâtiments) et dans les compétences. Or, selon le think tank I4CE, les investissements publics et privés nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par les Accords de Paris, s’élèveraient entre 45 et 75 milliards d’euros par an (soit 2% à 3% du PIB).

 

#9 Sortir progressivement des niches fiscales sur les combustibles fossiles

Il existe quatre principales niches fiscales sur les combustibles fossiles en France :

 

  • L’aviation
  • Les transporteurs routiers
  • Le gazole non routier pour les exploitants agricoles
  • Le gazole non routier pour d’autres usages

Selon le Réseau Action Climat, le montant des remboursements et des exonérations de taxes qui concernent la consommation des énergies fossiles en 2017 s’élèverait à 8,5 milliards d’euros en France.

#10 Mobiliser davantage le secteur financier pour financer les investissements nécessaires à la transition énergétique

Obligations vertes, certificats-carbone, obligations de mise en conformité des portefeuilles financiers avec les objectifs de la transition… les instruments financiers ayant pour finalité de lutter contre le changement climatique existent.

Au regard de l’urgence et des besoins colloseaux de financement, l’ensemble des acteurs de la finance doivent maintenant se tourner massivement vers des investissements plus responsables.

CCI : Pour une nouvelle mesure de la valeur

CCI : Pour une nouvelle mesure de la valeur

CCI: Pour une nouvelle mesure de la valeur 


La défense des structures publiques (ou plus largement des structures subventionnées par l’État) et la crainte de leur remise en cause sont des thèmes récurrents du débat politique. Aujourd’hui la baisse des ressources fiscales et des subventions publiques touche plusieurs types de ces structures dont l’utilité est questionnée. C’est le cas des établissements publics (par exemple les Chambres de Commerce et de l’Industrie), des organismes paritaires collecteurs agréés (par exemple Opcalia), du secteur associatif (par exemple le réseau national chantier école) ou même des collectivités territoriales.

Face à ces enjeux de financement, il devient essentiel pour ces organismes de démontrer qu’ils ne représentent pas une dépense mais bien au contraire un investissement. Goodwill-management propose de dépasser une approche de la gestion par les coûts et défend un système de pilotage par la création de valeur. Les coûts sont importants mais ils doivent être étudiés au regard de la valeur créée.

Mission d’intérêt publique

Les Chambres de Commerce et de l’Industrie, en tant qu’établissement public d’État, remplissent une mission d’intérêt général tout en étant des acteurs de premier plan de l’économie du territoire. À travers leurs missions de représentation, de fédération et d’appui des entreprises, leurs missions de formation et la gestion d’équipements, les CCI contribuent au développement économique, à l’attractivité et à l’aménagement des territoires.

Face au manque de visibilité de leurs actions et à la baisse de leurs ressources, certaines CCI ont missionné le cabinet Goodwill-management afin de réaliser une étude de performance économique : Les CCI Morbihan Bretagne Ouest, Bayonne Pays Basque, Morbihan, Nice, Landes, Ille et Vilaine, du Loiret et dernièrement de Strasbourg, Lyon et Bordeaux.

Mesurer la valeur créée par une CCI sur son territoire


Si une entreprise assure sa pérennité par sa rentabilité, une CCI peut mesurer sa performance économique en comparant les coûts qu’elle représente pour la collectivité avec les retombées économiques qu’elle génère.

#1 L’empreinte socio-économique directe des CCI

Comme n’importe quelle entreprise et par sa simple existence, les CCI laissent une empreinte économique directe sur leur territoire, par les achats qu’elles réalisent, les taxes dont elles s’acquittent et les salaires qu’elles versent à leurs collaborateurs.

#2 Les retombées économiques de l’ensemble des activités de la CCI

L’empreinte des CCI s’élargit avec les services qu’elles rendent. À travers leurs activités de gestion des ports et des aéroports, le conseil auprès des entreprises et des porteurs de projet, les formations dispensées dans les écoles de commerce et d’ingénieurs, les CCI soutiennent la création de richesse et d’emplois. Ces bénéfices recouvrent à la fois les gains de performance et la pérennité des entreprises accompagnées, les dépenses générées par les flux de passagers, les prestations sociales évitées pour l’État, l’augmentation de la consommation locale et du pouvoir d’achat.

En comparant ce qu’elles coutent à ce qu’elles rapportent à la collectivité, Goodwill a démontré que les CCI contribuent à générer en moyenne une valeur 10 fois supérieure aux ressources qu’elles mobilisent. C’est-à-dire que chaque euro investi apporte une valeur ajoutée de 10 euros supplémentaire.

#3 L’impact de la CCI sur la valeur du territoire, incluant une partie immatérielle

La richesse générée par les CCI est aussi à mettre au regard avec la valeur des territoires sur lesquelles elles sont établies. Si la valeur d’un territoire est souvent définie par un flux (son PIB), nous trouvons plus pertinent de considérer également son capital matériel et immatériel en ayant une approche par les stocks. Selon nous, un territoire peut être riche par son activité économique, son capital naturel, la qualité de ses infrastructures ou celle de ses universités. Prendre en compte les actifs matériels et immatériels permet d’apprécier la valeur d’un territoire de manière plus globale. Sur la base de la méthodologie Banque Mondiale, enrichie de notre expertise en capital immatériel, Goodwill-management a par exemple évalué la valeur du Finistère à 684 milliards d’euros.

Des études pour mieux piloter la création de valeur 

A partir de ces différentes études, on perçoit que les CCI portent de nombreuses actions qui ont un effet bénéfique quantifiable pour les territoires, les entreprises et la société civile. La valorisation financière de ces actions permet de donner aux parties prenantes une vision plus exacte de la contribution économique et sociétale des CCI. Cette approche par la création de valeur est le point de départ pour prendre des décisions éclairées dans les politiques publiques.

 

Goodwill-management vous souhaite une excellente année 2018

Goodwill-management vous souhaite une excellente année 2018

Nos vœux pour 2018

Toute l’équipe vous souhaite une excellente année 2018, qu’elle rime avec un capital immatériel de qualité et des projets responsables créateurs de valeur pour l’ensemble de vos parties prenantes.

Merci de nous confier des missions toujours plus passionnantes et de nous permettre de démontrer que les valeurs créent de la valeur !

2017 a été une année de travail intense, d’innovations et de belles missions de mesure de la performance économique responsable pour notre équipe.

Revivez le GOODcalendar 2017

En décembre, nos plus belles réalisations ont été publiées sur les réseaux sociaux, à travers un calendrier de l’avent revisité : le GOODcalendar ! Vous avez manqué notre GOODcalendar, retrouvez les 24 posts ci-dessous ! N’hésitez pas à suivre toute l’actualité de Goodwill-management sur Twitter ou LinkedIn et à vous abonnez à notre newsletter pour ne rien louper !

GOODcalendar #1 : Mesure de l’empreinte socio-économique de Promévil

Cette année avant #Noel, on vous présente 25 #réalisations dont nous sommes fiers chez @Goodwill_M ! On commence avec l’empreinte socio-économique créée par @PROMEVIL_MED sur son territoire ! La 1ère étude qui valorise l’impact de la #médiation en euros #GOODcalendar #1 pic.twitter.com/kyGtHI8SvA

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 1 décembre 2017

 

GOODcalendar #2 : SROI de l’activité de médiation de Promévil

 Dans le cadre de la mesure de l’#empreinte socio-économique de @PROMEVIL_MED, nos équipes ont évalué en euros l’#impact de l’activité de #mediation et du programme d’#insertion de l’association en 2015 #SROI #social #impact #GOODcalendar #2  pic.twitter.com/pzTfEsFoVU

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 2 décembre 2017

 

GOODcalendar #3 : Evaluation de la valeur de 3 départements 

 En 2015, notre équipe a évalué la valeur matérielle et immatérielle de 3 départements des #Alpes : l’#Isère la #Savoie et la #Haute-Savoie #création #valeur #territoire @CE_RhoneAlpes #GOODcalendar

 #3  pic.twitter.com/0OqvRbbcwm

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 3 décembre 2017

 

GOODcalendar #4 : Accompagnement RSE de l’INPI France 

 En 2016, l’@INPIFrance publiait son 1er rapport #RSE à la suite d’un accompagnement débuté en 2014 avec nos équipes >> #cartographie des parties prenantes, #maturitéRSE, #capital #immatériel, mesure du #SROI & #empreinte #écologique https://t.co/chslGlbVtK #GOODcalendar #4 pic.twitter.com/q7JBUMNDJq

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 4 décembre 2017

 

GOODcalendar #5 : Etude de l’impact de la diversité

 Aujourd’hui l’une des études dont nous sommes très fiers : l’impact de la #diversité sur le #capital #humain ! Bien managée, la diversité est synonyme de performance pour l’entreprise https://t.co/LZdeZdh0dy #GOODcalendar #5 ♿️ pic.twitter.com/p6eM3udjOB

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 5 décembre 2017

 

GOODcalendar #6 : Etude de l’impact de la CCI Brest sur son territoire

 Voici une étude de 2014 détaillant l’impact de la @cci_brest -aujourd’hui CCIMBO- sur la #Bretagne. Toujours d’actualité, nos équipes renouvellent en ce moment l’étude afin d’enrichir l’analyse avec les nouvelles activités de la CCIMBO #GOODcalendar #6 pic.twitter.com/nDzUl7wxvp

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 6 décembre 2017

 

GOODcalendar #7 : Réalisation de l’Observatoire de la performance énergétique des bâtiments pour la Défense

 [#GOODcalendar #7] @Goodwill_M accompagne l’@epadesa dans la mise en place d’un Observatoire de la #performance #énergétique des #batiments de @LaDefensefr #TransitionEnergetique @LesEchos pic.twitter.com/fgVP0gfFkn

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 7 décembre 2017

 

GOODcalendar #8 : Mesure du capital immatériel de la Banque Populaire Atlantique

 [GOODcalendar #8] Nous mesurons régulièrement le #capital #immatériel de @bpgrandouest depuis 2012. C’est la 1ère #banque à partager ses résultats en toute transparence dans son rapport annuel #engagée et #responsable @Label_LUCIE https://t.co/dW5JlVANXR pic.twitter.com/bbYtCXjHeV

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 8 décembre 2017

 

GOODcalendar #9 : Création de 2 déclinaisons sectorielles de l’ISO 26000 en collaboration avec le Label LUCIE

 [#GOODcalendar #9] Cette année nos équipes ont collaboré avec le @Label_LUCIE pour créer 2 déclinaisons sectorielles de l’#ISO26000, IDEE Jeunes avec @Opcalia https://t.co/JHzI7M1kTV et R&S pour les acteurs de la santé à domicile avec @SANTEDOM https://t.co/N7eQXk9wLG #RSE pic.twitter.com/r1K9Mc1Lsi

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 9 décembre 2017

 

GOODcalendar #10 : Evaluation de la performance économique du réserviste

 Le 13 octobre lors des Assises de la @GardeNatFR, Florence Parly, ministre des Armées, mentionnait les résultats de l’étude sur la #performance #économique du #réserviste sur l’entreprise, le réserviste lui-même et la Nation https://t.co/WPL4qN0QFT #GOODcalendar #10

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 11 décembre 2017

 

GOODcalendar #11 : Appui de l’ANAP pour la rédaction d’un observatoire du développement durable pour les structures médico-sociales

 Ce lundi, on vous présente « Mon #Observatoire du Développement Durable » de l’@anap_sante, une synthèse de la maturité et de l’engagement développement durable de 426 structures sanitaires, sociales et médico-sociales https://t.co/1WpC2ULgc9 #GOODcalendar #11 pic.twitter.com/50E3qp1Mvh

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 11 décembre 2017

 

GOODcalendar #12 : Etude de la valeur apportée par Opcalia à son territoire

 

[#GOODcalendar #12] Découvrez la 1ère étude mesurant la valeur apportée par @Opcalia à travers son activité de #formation. Pour 1€ dépensé en frais de fonctionnement, Opcalia apporte 5€30 au tissu économique local. https://t.co/GK2uah0YG9  pic.twitter.com/mHBuVTBkt4

— Goodwill-management (@Goodwill_M) 12 décembre 2017

 

GOODcalendar #13 : Animation d’un groupe de travail sur la valeur immatérielle et d’usage du bâtiment 

 En 2017, notre équipe a coordonné le groupe de travail #VIBEO sur la #valeurimmatérielle et d’#usage du #batiment et le #BienEtre des occupants. L’objectif: qualifier & quantifier l’impact d’un #immeuble de #bureaux sur le confort et la #productivité #QVT #GOODcalendar #13 pic.twitter.com/ZWdQriAJql

— Goodwill-management (@Goodwill_M) 13 décembre 2017

 

GOODcalendar #14 : Publication de la 23ème édition de la Lettre du capital immatériel

 [#GOODcalendar #14] Elle est enfin arrivée… la lettre du #capital #immatériel #23, 12 pages dédiées au capital immatériel à l’échelle des #entreprises, des #batiments et des #territoires ! Pour télécharger gratuitement notre revue : https://t.co/jpBKJCMHUc 

 Bonne lecture pic.twitter.com/3kpkHDvBrP

 

— Goodwill-management (@Goodwill_M) 14 décembre 2017

 

GOODcalendar #15 : Etude sur la performance économique du sport en entreprise

 [#GOODcalendar #15] Ce vendredi, retrouvez les principaux résultats de notre #étude sur la #performance #économique du #sport en #entreprise réalisée pour @AG2RLAMONDIALE, @medef et @FranceOlympique https://t.co/N4D68Tu8DV #QVT #RSE #productivité #santé ⛹️‍♂️♀️ pic.twitter.com/2mdBpD8Q5I

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 15 décembre 2017

 

 GOODcalendar #16 : Publication d’un article académique par Alan Fustec sur le capital immatériel

 [#GOODcalendar #16] Ce weekend, un article d’@AlanFustec publié dans la revue Innovations n°51 sur le lien entre capital #immatériel et #rentabilité des #entreprises https://t.co/nKSdCg4Vr1  pic.twitter.com/4fmusjQoIo

 

— Goodwill-management (@Goodwill_M) 16 décembre 2017

  

GOODcalendar #17 : Nouvel outil de mesure du ROI des actions RSE

 

[#GOODcalendar #17] En 2017 notre équipe a développé un outil de mesure du #ROI des actions #RSE. Déjà mis en oeuvre chez nos clients, nous le mettrons à la disposition de la #CommunautéLUCIE en 2018 https://t.co/6CDP1RSlyB @Label_LUCIE #SROI #performance #économique #responsable pic.twitter.com/ez7z52kpQc

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 17 décembre 2017

 

GOODcalendar #18: Renouvèlement du Label LUCIE pour 3 ans

 [#GOODcalendar #18] En 2017, @Goodwill_M a renouvelé son @Label_LUCIE. D’ici 2020 ce sont 47 engagements #RSE que nous allons mettre en oeuvre pour être plus #engagés et #responsables ! Fier de faire partie de la #CommunautéLUCIE #QVT #RSEpositive pic.twitter.com/N9Om4xL0YO

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 18 décembre 2017

 

GOODcalendar #19 : Mesure du coût de l’absentéisme en France

[#GOODcalendar #19] Fin 2015, Goodwill-management contribuait au #baromètre de l’#absentéisme @ayming_fr en mesurant le coût global de l’absentéisme en France ! Résultat : 60 milliards d’euros https://t.co/irc7LRtv4I #QVT #santé pic.twitter.com/drUGXwYiyA

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 19 décembre 2017

 

GOODcalendar #20 : Evaluation de la performance économique d’un bâtiment à énergie positive

 [#GOODcalendar #20] @Goodwill_M étudie la #valeur d’#usage du #batiment depuis plusieurs années. Aujourd’hui, découvrez la #performance #économique d’Imagine, un projet de construction à énergie positive développé par Sercib >> https://t.co/vt3heaVT6Q  pic.twitter.com/iZLKoZyvAr

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 20 décembre 2017

 

GOODcalendar #21 : Mesure du SROI de l’engagement sociétal du groupe SNCF

 [#GOODcalendar #21] Chaque jour, @Goodwill_M démontre que les valeurs créent de la valeur. En 2016, notre équipe a mesuré la #performance #économique de l’engagement sociétal @GroupeSNCF https://t.co/W76c01V0HC #RSE #SROI #achat #médiation #insertion #TIG pic.twitter.com/6ZHfQfkCX1

 

— Goodwill-management (@Goodwill_M) 21 décembre 2017

 

GOODcalendar #22 : Mesure de la performance économique du réserviste

[#GOODcalendar #22] Cette année, nos équipes ont mesuré la #performance #économique de la @GardeNatFR . On peut le dire : la réserve, tout le monde y gagne : les #entreprises, le #réserviste lui-même et la Nation >> https://t.co/sBALXsvQt5 pic.twitter.com/bAzr2ZyXpo

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 22 décembre 2017

 

GOODcalendar #23 : Notre engagement sociétal, avec le soutien de l’association Skeaf

 

[#GOODcalendar #23] Depuis 2015, Goodwill-management soutient l’aventure solidaire @skeaf_fr à travers du mécénat. Skeaf est une association pour l’#insertion sociale et naturelle par la mer. Découvrez la saison 2017 en chiffre ! En savoir plus >> https://t.co/PVZmX8RJZf ⛵️ pic.twitter.com/9BEf9dGsUb

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 23 décembre 2017

 

GOODcalendar #24 : Notre richesse, les Goodwilliens et les Goodwilliennes

[#GOODcalendar #24] Les Goodwilliens et Goodwilliennes vous souhaitent de joyeuses fêtes de fin d’année. Merci pour cette belle année passée à vos côtés. Hâte de vous retrouver en 2018 pour mesurer la performance économique de vos actions responsables #Noël #Vœux #Merci pic.twitter.com/6o26S1i6Bo

 — Goodwill-management (@Goodwill_M) 24 décembre 2017

 

 

Goodwill-management au salon pro durable 2017

Goodwill-management au salon pro durable 2017

Pour la troisième année consécutive, Goodwill-management était présent au coeur du Village LUCIE pour vous présenter ses solutions d’accompagnement vers une performance économique responsable.

De la mesure de la performance économique de la RSE, à la valeur d’usage du bâtiment en passant par l’évaluation de l’empreinte socio-économique, notre équipe a été ravie d’échanger avec vous sur ces sujets lors de la 10ème édition du salon Produrable.

Produrable c’est également l’occasion de partager un moment convivial avec d’autres membres de la Communauté LUCIE et de partager son expérience à la fois avec les autres organisations labellisées mais également avec les visiteurs du salon. Pour découvrir la Communauté LUCIE : www.labellucie.com

Pour revivre les temps forts de Goodwill-management et du Village LUCIE sur le salon Produrable…

Découvrez notre Storify

Merci et à l’année prochaine !

Contrefaçon: une étude pour mieux appréhender les impacts sur l’économie française

Contrefaçon: une étude pour mieux appréhender les impacts sur l’économie française

Afin de mieux lutter contre la contrefaçon, la Direction Générale des Entreprises (DGE), l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) et l’Union des Fabricants (UNIFAB) et Goodwill-management réalisent en ce moment une étude d’évaluation des conséquences économiques de la contrefaçon en France.

 

La contrefaçon en chiffres :

Selon le dernier rapport de l’OCDE et de l’EUIPO(1), sans doute l’un des plus complets sur le sujet, la contrefaçon représentait 2,5 % du commerce mondial en 2013, soit environ 461 milliards de dollars. 

La contrefaçon est un phénomène mondial qui s’amplifie et n’épargne pas la France. Les douanes ont saisi plus de 7 700 000 objets contrefaits l’an dernier en France, un nombre impressionnant qui croit d’années en années puisqu’en 2002, seulement 800 000 objets contrefaits avait été saisis. Selon l’UNIFAB, ces imitations coûtent chaque année près de 40 000 emplois(2) à la France. La contrefaçon constitue la deuxième source de revenus criminels. 

(1) OECD, EUROPEAN UNION INTELLECTUAL PROPERTY OFFICE, Trade in Counterfeit ans Pirated Goods: mapping the economic impact, 2016.
(2) UNIFAB, Contrefaçon & terrorisme, 2016

Un phénomène mondial qui concerne tous les secteurs

Le luxe n’est plus la seule victime de la contrefaçon. Le commerce mondial est inondé de biens contrefaits. Sacs, médicaments, cigarettes, bijoux, lunettes, jouets, produits multimédias et même de l’agroalimentaire ou Tickets-Restaurant, aucun secteur n’est épargné. Ainsi, aucune entreprise n’est à l’abri : 53 % des entreprises se sentent directement concernées par la lutte contre la contrefaçon selon un sondage mené par la CGPME auprès de ses adhérents en 2011.

Une étude pour mieux comprendre et lutter contre la contrefaçon

La lutte contre la contrefaçon constitue un défi majeur pour les États et une priorité de la douane. La contrefaçon représente en effet une triple menace pour :

  • l’économie nationale
  • la sécurité des consommateurs
  • l’économie nationale

La contrefaçon a connu une forte expansion à cause de l’accroissement des échanges dû à la mondialisation et plus récemment du développement d’Internet et du E-commerce. La fraude a beaucoup évolué : tous les produits sont désormais concernés et la menace est mondiale. Parmi les pays où opèrent les principaux contrefacteurs, on retrouve la Chine avec 63,2 % des produits contrefaits saisis dans le monde(1). Ces faux circulent de manière croissante par le fret express ou postal. Face à ces évolutions, la douane a su adapter ses méthodes et ses moyens d’action. Elle déploie ainsi son action sur Internet, grâce à des services spécialisés tels que la Cyberdouane qui travaille activement à l’infiltration et au démantèlement des réseaux clandestins intervenant sur le Darknet.

Selon le rapport de la Cour des Comptes de 2014, « La France est à la pointe de la lutte contre la contrefaçon et le cyber-contrefaçon aux niveaux européen et mondial ». Pour poursuivre cette lutte contre la contrefaçon, il est nécessaire d’analyser le phénomène en continu afin de pouvoir le comprendre de mieux en mieux et le combattre plus efficacement.

La contrefaçon : un phénomène difficile à mesurer.

Il y a peu de statistiques sur la contrefaçon et pour cause, c’est une pratique illégale. Les données disponibles sont limitées et proviennent soit :

  • des entreprises et des milieux économiques qui souhaitent attirer l’attention des politiques et des institutionnels afin d’intensifier la lutte contre la contrefaçon ;
  • ou des autorités de contrôle, qui fournissent les chiffres des saisies effectuées par les douanes, des chiffres clés qui restent néanmoins des données aléatoires.

L’objectif de cette étude est de réaliser une modélisation du phénomène de la contrefaçon, incluant l’ensemble des impacts sur l’économie française et l’emploi. Notre équipe a dressé dans un premier temps un état-des-lieux des pratiques de contrefaçon en France avant d’étudier l’impact des pratiques de contrefaçon et leurs conséquences économiques, nationales et sectorielles. Nous analysons actuellement les moyens mis en œuvre par les entreprises pour lutter contre la contrefaçon. La dernière étape de cette étude sera la proposition de recommandations aux administrations compétentes et aux titulaires de droits pour lutter plus efficacement contre la contrefaçon.

Deux grandes enquêtes nationales

Afin de comprendre parfaitement le phénomène de la contrefaçon et de le modéliser de manière fiable, 2 études nationales ont été lancées, la première à destination des consommateurs et la seconde à destination des entreprises.

Concernant l’enquête consommateur, tout le monde est appelé à s’exprimer de manière anonyme, afin de mieux cerner les pratiques et la perception de la contrefaçon à travers une dizaine de questions. Par exemple : Au cours des 12 derniers mois, avez-vous acheté des contrefaçons ? Pensez-vous que les consommateurs ont un rôle à jouer dans la lutte contre ce phénomène ? Pour être efficace, sur quoi devrait porter une campagne de communication ?

Participez à l’enquête consommateurs

Du côté des professionnels, l’objectif est fixé à un panel volontaire d’au moins 40 entreprises, là encore anonymes. Cette fois-ci il s’agit de définir quels sont les produits les plus touchés par la contrefaçon, quelles pertes de parts de marché cela entraine ? Comment l’entreprise lutte-t-elle contre ce fléau (veille juridique, demande d’intervention des douanes) ? À la suite d’un questionnaire d’une trentaine de questions, la DGE propose même aux entreprises un entretien privé plus poussé pour aller encore un peu plus loin.

Participez à l’enquête entreprise

Il reste encore quelques jours aux consommateurs et aux entreprises pour répondre aux questions. S’en suivra ensuite une analyse de toutes ces réponses dans la plus grande confidentialité. L’étude devrait être rendue publique dans quelques mois.

Goodwill-management vous souhaite une belle année 2017 !

Goodwill-management vous souhaite une belle année 2017 !

Après une année de travail intense, d’innovations et de challenges, toute l’équipe de Goodwill-management vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2017 ! 

Nous en profitons pour faire un rapide bilan de notre année 2016 !

Une offre toujours plus innovante

Notre cellule R&D a contribué à l’optimisation de nos méthodologies et outils de calcul, ce qui nous a permis de développer notre offre en 2016 avec :

  • le développement d’un outil d’évaluation du retour sur investissement (ROI) d’une action RSE en euros directement dans le compte de résultat de l’entreprise ;
  • la création d’un outil de mesure de l’empreinte socio-économique d’une organisation sur le territoire, s’appuyant sur les matrices Input-Output inventées par le prix Nobel d’économie W.Leontief ;
  • l’intégration d’indicateurs de croissance alternatifs à notre modèle de calcul de la valeur des territoires, Thésaurus-Territoires, afin d’ajuster la valeur du PIB ;
  • la déclinaison du modèle de mesure de la valeur d’un territoire à l’ensemble des départements et des communes françaises ;
  • le lancement d’un groupe de travail pour optimiser notre outil d’évaluation de la valeur immatérielle du bâtiment et de sa contribution au bien-être des occupants avec BNP Real Estate, Bolloré, Bouygues Construction, EDF, Engie, Foncière des Régions, Gecina, Ivanhoe Cambridge, Saint-Gobain et Sercib.

Une transformation digitale en marche

2016 a vu naître les premières applications du projet « Goodwill Digital« . Nous collectons désormais les données nécessaires à la réalisation de nos missions directement en ligne, facilitant ainsi la vie de nos clients et de nos consultants. A terme, nous souhaitons digitaliser l’ensemble de nos étapes de production afin de gagner en efficacité.

Nous avons également digitalisé la communication et le marketing de Goodwill-management avec le lancement début 2016 d’un nouveau site Internet, d’un blog et d’une newsletter.
Si ce n’est déjà fait, allez découvrir ces nouveautés et retrouvez l’ensemble de nos publications sur : goodwill-management

 Un développement international qui s’accélère

Cette année, Goodwill-management a poursuivi son développement à l’international en réalisant des missions au Maroc, au Sénégal, au Niger, en Belgique et pour la première fois au Royaume-Uni.
Nous travaillons donc aujourd’hui dans 6 pays.

 

Un engagement sociétal

2016 marque également la fin de notre premier cycle de labellisation LUCIE, nous avons donc mis en place les derniers engagements RSE que nous avions pris en 2013.

Nous avons par exemple développé 2 partenariats permettant à nos collaborateurs de réaliser du mécénat de compétences.
Le 1
er au sein de Skeaf, une association de réinsertion sociale et solidaire par la mer, que nous soutenons depuis 2 ans. En 2016, ce sont plus de 600 personnes qui sont montées à bord du voilier.
Le 2
nd avec Ashoka afin de mesurer l’impact économique et social d’entrepreneurs de l’ESS qu’Ashoka soutient au quotidien.

Brochure | Mettre en oeuvre une politique RSE exigeante et rentable

Merci votre inscription est bien effectuée

Brochure | Mesurer la performance économique de la RSE

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #25

Téléchargez le dernier numéro de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #24

Téléchargez le numéro 24 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #23

Téléchargez le numéro 23 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #22

Téléchargez le numéro 22 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #21

Téléchargez le numéro 21 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #20

Téléchargez le numéro 20 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #19

Téléchargez le numéro 19 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #18

Téléchargez le numéro 18 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #17

Téléchargez le numéro 17 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #16

Téléchargez le numéro 16 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #15

Téléchargez le numéro 15 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #14

Téléchargez le numéro 14 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #13

Téléchargez le numéro 13 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #12

Téléchargez le numéro 12 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #11 et #10

Téléchargez le numéro 10 et 11 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #9

Téléchargez le numéro 9 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #8

Téléchargez le numéro 8 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #7

Téléchargez le numéro 7 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #6

Téléchargez le numéro 6 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #5

Téléchargez le numéro 5 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #4

Téléchargez le numéro 4 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #3

Téléchargez le numéro 3 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #2

Téléchargez le numéro 2 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Lettre du capital immatériel #1

Téléchargez le numéro 1 de la lettre du capital immatériel. 

Merci votre inscription est bien effectuée

Télécharger l'article d'Alan Fustec

Merci votre inscription est bien effectuée

Téléchargez le volet 1 de la méthode Thésaurus Capital Immatériel

Merci votre inscription est bien effectuée

Téléchargez le volet2 de la méthode Thésaurus Capital Immatériel

Merci votre inscription est bien effectuée

Brochure | Mettre en oeuvre une politique RSE exigeante et rentable

Merci votre inscription est bien effectuée

Brochure | Mettre en oeuvre une politique RSE exigeante et rentable

Merci votre inscription est bien effectuée

Brochure | Mettre en oeuvre une politique RSE exigeante et rentable

Merci votre inscription est bien effectuée

Brochure | Mettre en oeuvre une politique RSE exigeante et rentable

Merci votre inscription est bien effectuée

Catalogue de formations | Goodwill-management

Merci votre inscription est bien effectuée