Les GOODnews

Articles pour le tag : empreinte socioéconomique

Pour une nouvelle mesure de la valeur des établissements publics, l’exemple des CCI

image CCI

Pour une nouvelle mesure de la valeur des établissements publics : l'exemple des CCI 

La défense des structures publiques (ou plus largement des structures subventionnées par l’État) et la crainte de leur remise en cause sont des thèmes récurrents du débat politique. Aujourd’hui la baisse des ressources fiscales et des subventions publiques touche plusieurs types de ces structures dont l’utilité est questionnée. C’est le cas des établissements publics (par exemple les Chambres de Commerce et de l'Industrie), des organismes paritaires collecteurs agréés (par exemple Opcalia), du secteur associatif (par exemple le réseau national chantier école) ou même des collectivités territoriales. 

Face à ces enjeux de financement, il devient essentiel pour ces organismes de démontrer qu’ils ne représentent pas une dépense mais bien au contraire un investissement. Goodwill-management propose de dépasser une approche de la gestion par les coûts et défend un système de pilotage par la création de valeur. Les coûts sont importants mais ils doivent être étudiés au regard de la valeur créée.

Une mission d'intérêt public

Les Chambres de Commerce et de l’Industrie, en tant qu’établissement public d’État, remplissent une mission d’intérêt général tout en étant des acteurs de premier plan de l’économie du territoire. À travers leurs missions de représentation, de fédération et d’appui des entreprises, leurs missions de formation et la gestion d'équipements, les CCI contribuent au développement économique, à l'attractivité et à l'aménagement des territoires.

Face au manque de visibilité de leurs actions et à la baisse de leurs ressources, certaines CCI ont missionné le cabinet Goodwill-management afin de réaliser une étude de performance économique : Les CCI Morbihan Bretagne Ouest, Bayonne Pays Basque, Morbihan, Nice, Landes, Ille et Vilaine, du Loiret et dernièrement de Strasbourg, Lyon et Bordeaux.

Mesurer la valeur créée par une CCI sur son territoire

Si une entreprise assure sa pérennité par sa rentabilité, une CCI peut mesurer sa performance économique en comparant les coûts qu’elle représente pour la collectivité avec les retombées économiques qu’elle génère.

#1 L'empreinte socio-économique directe des CCI

Comme n’importe quelle entreprise et par sa simple existence, les CCI laissent une empreinte économique directe sur leur territoire, par les achats qu’elles réalisent, les taxes dont elles s’acquittent et les salaires qu’elles versent à leurs collaborateurs.

#2 Les retombées économiques de l'ensemble des activités de la CCI

L’empreinte des CCI s’élargit avec les services qu’elles rendent. À travers leurs activités de gestion des ports et des aéroports, le conseil auprès des entreprises et des porteurs de projet, les formations dispensées dans les écoles de commerce et d’ingénieurs, les CCI soutiennent la création de richesse et d’emplois. Ces bénéfices recouvrent à la fois les gains de performance et la pérennité des entreprises accompagnées, les dépenses générées par les flux de passagers, les prestations sociales évitées pour l’État, l’augmentation de la consommation locale et du pouvoir d’achat. 

En comparant ce qu’elles coutent à ce qu’elles rapportent à la collectivité, Goodwill a démontré que les CCI contribuent à générer en moyenne une valeur 10 fois supérieure aux ressources qu’elles mobilisent. C’est-à-dire que chaque euro investi apporte une valeur ajoutée de 10 euros supplémentaire. 

#3 L'impact de la CCI sur la valeur du territoire, incluant une partie immatérielle

La richesse générée par les CCI est aussi à mettre au regard avec la valeur des territoires sur lesquelles elles sont établies. Si la valeur d’un territoire est souvent définie par un flux (son PIB), nous trouvons plus pertinent de considérer également son capital matériel et immatériel en ayant une approche par les stocks. Selon nous, un territoire peut être riche par son activité économique, son capital naturel, la qualité de ses infrastructures ou celle de ses universités. Prendre en compte les actifs matériels et immatériels permet d’apprécier la valeur d’un territoire de manière plus globale. Sur la base de la méthodologie Banque Mondiale, enrichie de notre expertise en capital immatériel, Goodwill-management a par exemple évalué la valeur du Finistère à 684 milliards d’euros.

Des études pour mieux piloter la création de valeur

A partir de ces différentes études, on perçoit que les CCI portent de nombreuses actions qui ont un effet bénéfique quantifiable pour les territoires, les entreprises et la société civile. La valorisation financière de ces actions permet de donner aux parties prenantes une vision plus exacte de la contribution économique et sociétale des CCI. Cette approche par la création de valeur est le point de départ pour prendre des décisions éclairées dans les politiques publiques.

 

Pour aller plus loin, quelques articles au sujet des CCI : 

CCI Bayonne Pays-Basque : 

CCI Nice Côtés d'Azur : 

Impact social et économique de Promévil

etude impact social promevil 2017

La médiation sociale de Promévil contribue à la création de richesses et d'emplois 

Le contexte de l'étude

Dévouée à la cause du « mieux vivre ensemble », Promévil est une association de médiation sociale créée en 1995. Elle poursuit aujourd’hui sa mission d’utilité publique en professionnalisant le métier de médiateur. Les 245 médiateurs de Promévil interviennent chaque jour dans 5 départements d’Île-de-France, notamment dans les transports en commun (8 lignes SNCF), dans les établissements publics (piscines, hôpitaux, antennes Pôle Emploi…) et dans les quartiers sensibles, avec pour mission d'assurer la tranquillité de tous et de réduire les incivilités.  En tant que premier opérateur de la médiation sociale en France, Promévil participe aux politiques locales de tranquillité publique et d'insertion durable.

En tant qu'association d'utilité publique, Promévil bénéficie de subventions de l'Etat, notamment à travers des contrats aidés pour employer ses médiateurs. Afin de mesurer et de valoriser son impact sur le territoire sur 2015-2016, Promévil a fait appel à Goodwill-management, qui a mis en œuvre deux méthodologies :

  • Thésaurus Leontief pour mesurer l’empreinte socio-économique « simple ».
    L’empreinte socio-économique « simple » mesure la valeur en euros et en emplois générés par la propagation des salaires versés et des achats effectués par Promévil. Cette méthode mesure la propagation de tout euro injecté sur un territoire et reproduit les interdépendances entre secteurs d’activité.
    Par exemple, un achat de papier se traduit par des achats de bois aux exploitants forestiers qui eux-mêmes achètent des machines aux industries et ainsi de suite…
    Cette étude démontre que Promévil est naturellement un acteur ancré sur son territoire puisque 82 % de ses achats sont effectués localement.
  • Thésaurus RBC a permis d’identifier, de quantifier et de financiariser les bénéfices liés à des actions spécifiques de Promévil.
    Cette méthode mesure la valeur supplémentaire générée par les activités cœur de métier de Promévil, essentiellement des coûts évités, pour ses parties prenantes : l’Etat, des clients comme la SNCF et les communes, ses salariés médiateurs, les usagers des transports, les habitants des quartiers, les bailleurs sociaux, etc…). En effet, l’impact de Promévil ne se limite pas à ses achats et aux salaires versés mais comprend également l’impact de ses actions. Ex : une action d’accompagnement des médiateurs dans leurs projets professionnels permet des sorties positives vers des emplois pérennes et donc une économie de prestations sociales pour l’Etat. Ainsi, lorsque nous ajoutons à l’empreinte socio-économique « simple », la valeur supplémentaire liée au cœur de métier de Promévil, nous obtenons l’empreinte socio-économique « élargie »

Un focus sur l'impact économique de trois actions menées par Promévil 

  • la médiation dans les transports
  • la médiation urbaine
  • le dispositif d’accompagnement professionnel et de formation des médiateurs en vue de leur insertion dans le marché du travail. 

Les résultats de l'empreinte socio-économique

Cette étude démontre que la médiation sociale permet à l'Etat et à la SNCF de réaliser des économies et de soutenir des emplois. Ainsi, l'empreinte socio-économique territoriale de Promévil est largement positive ( ses bénéfices sont supérieurs aux subventions).
Au total, Promévil contribue à la création et au soutien de 440 emplois et génère une création de richesse de 20,2 millions d’euros en Ile-de-France.

 resultats empreinte socio économique promevil

Lorsque l'on met ce résultat en parallèle avec le montant des subventions de l’Etat versées à Promévil dans le cadre du dispositif « contrats aidés », nous obtenons un multiple de retour sur investissement de 13,4 (création de richesse / subventions de l’Etat perçues par Promévil). Cela signifie que pour 1 € investi par l’Etat, Promévil lui rapporte 13,4 €.

L'impact économique de la médiation urbaine 

Les médiateurs en charge des regroupements au pied des immeubles ont diminué les nuisances sonores et donc les dépenses de santé des habitants, soit une économie de 788 € par personne gênée par an, selon les données des autorités sanitaires. En effet, les individus, qui dorment mal consultent, ont des arrêts de travail, achètent des médicaments. Quant aux interventions policières évitées, l'étude se base sur le coût horaire d'un fonctionnaire (51 €), son salaire et les dépenses en carburant notamment. 

impact mediation urbaine promevil

L'impact économique de la médiation dans les transports

En ce qui concerne les transports, la médiation permet de sensibiliser les usagers pour diminuer la fraude, éviter un accident de voyageur ou le déclenchement du signal d'alarme. Outre les 3 M€ économisés par la SNCF et les 2,4 M€ par la société civile, ces retards évités permettent aux médiateurs de « se concentrer sur leur cœur de métier ».

impact mediation transports promevil

L'impact économique du dispositif d'insertion professionnelle

Cette étude permet, de battre en brèche le cliché selon lequel « les emplois aidés, c'est pour les jeunes désœuvrés, pour les occuper » et d’apporter un autre point de vue aux récents propos d’Emmanuel Macron qui estime que « Un contrat aidé, c'est un contrat à court terme subventionné par l'État. Un contrat aidé, ce n'est pas la bonne solution quand il n'y a pas une formation à la clé pour trouver un emploi » : formés puis accompagnés dans leur projet professionnel, les salariés de Promevil développent des compétences relationnelles, de gestion de stress. A la fin du dispositif, certains deviennent ambulanciers, d'autres policiers, cheminots ou gardiens d'immeuble. Rien qu'en 2015, l'insertion professionnelle (CDI, CDD de plus six mois ou formation) de ces ex-médiateurs a fait économiser 3,1 M€ à l'Etat. « A terme, on en fait des contribuables qui créent de la valeur ajoutée par leur travail, paient des impôts et consomment localement. C’est cela qui permet de maintenir cette solidarité. »

 impact insertion promevil

TÉLÉCHARGEZ L'ÉTUDE PROMÉVIL

 

[#Conférence de presse] Impact social et économique de Promévil

de 17h à 18h

Label LUCIE

12 rue aux Ours

PARIS 03

conference presse promevil

Présentation de l'impact socio-économique de l'association Promévil

Promévil vous invite mercredi 29 novembre 2017 à 17h00 à une conférence de presse pour présenter les résultats d'une étude réalisée par Goodwill-management sur la performance socio-économique de son activité : la médiation sociale. 

Promévil, association de médiation sociale qui emploie plus de 230 personnes en Ile-de-France, a commandé la 1ère étude de la performance économique de son action sur le territoire en 2016.

Aujourd'hui le premier opérateur dans la médiation sociale en France, Promévil s'appuie sur plus de 230 médiateurs ayant pour mission d'assurer la tranquilité de tous et de réduire les incivilités dans les transports et les quartiers sensibles.

En tant qu'association d'utilité publique, Promévil bénéfie de subventions de l'Etat, notamment à travers des contrats aidés pour employer ses médiateurs. Afin de mesurer et de valoriser son impact sur le territoire sur 2015-2016, Promévil a fait appel à Goodwill-management, cabinet de conseil en performance économique responsable. Cette étude démontre que la médiation sociale permet à l'Etat et à la SNCF de réaliser des économies et de soutenir des emplois.

Ainsi, l'empreinte socio-économique territoriale de Promévil est largement positive (bénéfices supérieurs aux subventions). 

Programme de la conférence de presse

• 16h30 Accueil
• 17h00 Présentation de l'action de Promévil et du contexte de l’étude par Emmanuel Bavière, Président de l’association Promévil (10 min)
• 17h10 Présentation des résultats de l’étude par Alan Fustec, Président de Goodwill-management (20 min)
• 17h30 Questions et échanges avec la salle (30 min)

Des partenaires de Promévil seront présents pour témoigner sur l'action des médiateurs avec par exemple des représentants de la SNCF et de communes telles que Argentueil, Cergy, Courbevoie et Nanterre.


A propos

Dévouée à la cause du « mieux vivre ensemble », PROMEVIL est une association de médiation sociale créée en 1995. Elle poursuit aujourd’hui sa mission d’utilité publique en professionalisant le métier de médiateur. Les 245 médiateurs de Promévil interviennent chaque jour dans 5 départements d’Île-de-France, notamment dans les transports en commun (8 lignes SNCF), dans les établissements publics (piscines, hôpitaux, antennes Pôle Emploi… ) et dans les quartiers de logements sociaux. Par son action, Promévil participe aux politiques locales de tranquilité publique et d'insertion durable.

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.