Les GOODnews

Pour une nouvelle mesure de la valeur des établissements publics, l’exemple des CCI

 Louise Baeckelandt - 28 mars 2018 -   Actualités

image CCI

Pour une nouvelle mesure de la valeur des établissements publics : l'exemple des CCI 

La défense des structures publiques (ou plus largement des structures subventionnées par l’État) et la crainte de leur remise en cause sont des thèmes récurrents du débat politique. Aujourd’hui la baisse des ressources fiscales et des subventions publiques touche plusieurs types de ces structures dont l’utilité est questionnée. C’est le cas des établissements publics (par exemple les Chambres de Commerce et de l'Industrie), des organismes paritaires collecteurs agréés (par exemple Opcalia), du secteur associatif (par exemple le réseau national chantier école) ou même des collectivités territoriales. 

Face à ces enjeux de financement, il devient essentiel pour ces organismes de démontrer qu’ils ne représentent pas une dépense mais bien au contraire un investissement. Goodwill-management propose de dépasser une approche de la gestion par les coûts et défend un système de pilotage par la création de valeur. Les coûts sont importants mais ils doivent être étudiés au regard de la valeur créée.

Une mission d'intérêt public

Les Chambres de Commerce et de l’Industrie, en tant qu’établissement public d’État, remplissent une mission d’intérêt général tout en étant des acteurs de premier plan de l’économie du territoire. À travers leurs missions de représentation, de fédération et d’appui des entreprises, leurs missions de formation et la gestion d'équipements, les CCI contribuent au développement économique, à l'attractivité et à l'aménagement des territoires.

Face au manque de visibilité de leurs actions et à la baisse de leurs ressources, certaines CCI ont missionné le cabinet Goodwill-management afin de réaliser une étude de performance économique : Les CCI Morbihan Bretagne Ouest, Bayonne Pays Basque, Morbihan, Nice, Landes, Ille et Vilaine, du Loiret et dernièrement de Strasbourg, Lyon et Bordeaux.

Mesurer la valeur créée par une CCI sur son territoire

Si une entreprise assure sa pérennité par sa rentabilité, une CCI peut mesurer sa performance économique en comparant les coûts qu’elle représente pour la collectivité avec les retombées économiques qu’elle génère.

#1 L'empreinte socio-économique directe des CCI

Comme n’importe quelle entreprise et par sa simple existence, les CCI laissent une empreinte économique directe sur leur territoire, par les achats qu’elles réalisent, les taxes dont elles s’acquittent et les salaires qu’elles versent à leurs collaborateurs.

#2 Les retombées économiques de l'ensemble des activités de la CCI

L’empreinte des CCI s’élargit avec les services qu’elles rendent. À travers leurs activités de gestion des ports et des aéroports, le conseil auprès des entreprises et des porteurs de projet, les formations dispensées dans les écoles de commerce et d’ingénieurs, les CCI soutiennent la création de richesse et d’emplois. Ces bénéfices recouvrent à la fois les gains de performance et la pérennité des entreprises accompagnées, les dépenses générées par les flux de passagers, les prestations sociales évitées pour l’État, l’augmentation de la consommation locale et du pouvoir d’achat. 

En comparant ce qu’elles coutent à ce qu’elles rapportent à la collectivité, Goodwill a démontré que les CCI contribuent à générer en moyenne une valeur 10 fois supérieure aux ressources qu’elles mobilisent. C’est-à-dire que chaque euro investi apporte une valeur ajoutée de 10 euros supplémentaire. 

#3 L'impact de la CCI sur la valeur du territoire, incluant une partie immatérielle

La richesse générée par les CCI est aussi à mettre au regard avec la valeur des territoires sur lesquelles elles sont établies. Si la valeur d’un territoire est souvent définie par un flux (son PIB), nous trouvons plus pertinent de considérer également son capital matériel et immatériel en ayant une approche par les stocks. Selon nous, un territoire peut être riche par son activité économique, son capital naturel, la qualité de ses infrastructures ou celle de ses universités. Prendre en compte les actifs matériels et immatériels permet d’apprécier la valeur d’un territoire de manière plus globale. Sur la base de la méthodologie Banque Mondiale, enrichie de notre expertise en capital immatériel, Goodwill-management a par exemple évalué la valeur du Finistère à 684 milliards d’euros.

Des études pour mieux piloter la création de valeur

A partir de ces différentes études, on perçoit que les CCI portent de nombreuses actions qui ont un effet bénéfique quantifiable pour les territoires, les entreprises et la société civile. La valorisation financière de ces actions permet de donner aux parties prenantes une vision plus exacte de la contribution économique et sociétale des CCI. Cette approche par la création de valeur est le point de départ pour prendre des décisions éclairées dans les politiques publiques.

 

Pour aller plus loin, quelques articles au sujet des CCI : 

CCI Bayonne Pays-Basque : 

CCI Nice Côtés d'Azur : 

Dernière modification le 20 avril 2018

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.